DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'ONU recense 118.000 réfugiés

Vous lisez:

L'ONU recense 118.000 réfugiés

Taille du texte Aa Aa

Malgré l’accord de cessez-le-feu, des troupes russes sont encore présentes en Géorgie. Les civils sont donc toujours contraints de fuir leurs maisons. Sur la route, une femme marche avec sa famille. Elle vivait à Gori où les chars russes sont toujours déployés. ‘‘La nuit a été calme, explique-t-elle. Alors nous avons décidé de fuir. Les soldats russes ont enfin arrêté les combats.’‘

Pour le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés, l’urgence tient en un mot : accès. Accès aux zones de conflit et aux réfugiés pour leur distribuer l’aide humanitaire. Le HCR en a déjà livré 100 tonnes en Géorgie, assez pour secourir 50.000 personnes. L’ONU a recensé 118.000 réfugiés dans les zones de combat. Mais les conditions de sécurité à Gori où en Ossétie du Sud ne leur permettent pas d’aller à leur rencontre.

L’Ossétie du Sud où la situation humanitaire serait particulièrement grave d’après les Nations Unies. Qui s’inquiètent également de l’anarchie qui y règne et des pillages auxquels procèdent des groupes paramilitaires. A Tskhinvalli, la capitale, il n’y a toujours ni eau, ni gaz, ni électricité. Des secouristes russes sont arrivés sur place pour porter main forte aux victimes.

Des milliers de personnes tentent par ailleurs de rejoindre la Russie. 17.000 réfugiés y seraient entrés. ‘‘Lors que nous sommes partis, les avions passaient au-dessus de nous et continuaient leurs bombardements, explique l’une d’entre eux. Ces bruits étaient terrifiants entre les avions, les missiles qui explosent… Les enfants avaient très peur et ils pleuraient beaucoup.’‘

La semaine prochaine, le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés se rendra en Russie et en Géorgie pour obtenir des garanties de sécurité et se rendre enfin au chevet des populations civiles.