DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au Pakistan, la rue fête le départ de Musharraf

Vous lisez:

Au Pakistan, la rue fête le départ de Musharraf

Taille du texte Aa Aa

Coups de feu, roulement de tambours et chants pour saluer le départ de Pervez Musharraf. A Karachi, la grande ville du sud, le fils de l’ancien Premier ministre Benazir Bhutto, Bilawal, âgé de dix-neuf ans, ne cachait pas sa joie ni son optimisme. Pour lui, pas de doute : le prochain président doit être issu de son mouvement, le Parti du peuple pakistanais.

“ Quelques jours après l’assassinat de ma mère, a-t-il déclaré, j’ai dit que la démocratie était la meilleure vengeance et effectivement la démocratie est la meilleure vengeance et nous sommes tous très fiers de notre pays aujourd’hui.”

A Quetta, les avocats, sont sortis dans la rue et distribuaient des sucreries, un geste traditionnel lors des fêtes au Pakistan.

Le porte-parole du parti de l’ancien Premier ministre Nawaz Sharif a également fait part de sa satisfaction : “Notre position est claire : le général Musharraf ne représente rien. Ce qui est en cause, c’est son attitude, sa violation de la constitution. Si un procès a lieu, alors l’idée de violer la constitution n’effleurera plus l’esprit de personne à l’avenir.”

Malgré les danses et les cris de joie comme ici à Lahore, certains se montrent prudents et s’interrogent sur la capacité de la coalition au pouvoir à rester unie.