DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Moscou sous pression dans l'attente du retrait de ses troupes de Géorgie

Vous lisez:

Moscou sous pression dans l'attente du retrait de ses troupes de Géorgie

Taille du texte Aa Aa

Après les paroles, la Russie passera-t-elle aux actes?

Moscou a assuré que les troupes russes commenceraient aujourd’hui à se retirer de Géorgie, après onze jours de conflit dans le Caucase.

Le président Dmitri Medvedev en a fait la promesse hier à son homologue français Nicolas Sarkozy qui a demandé que ce retrait s’effectue sans délai.

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, elle aussi, s’impatiente: “L’engagement du président russe doit être honoré par ses forces, souligne-t-elle. Les gens vont commencer à se demander si l’on peut faire confiance à la Russie. Il ait vraiment grand temps pour eux de faire ce qu’ils se sont engagés à faire.”

Le ton est tout aussi ferme du côté de la chancelière allemande Angela Merkel, présente en Géorgie pour rencontrer le président géorgien Mikhaïl Saakachvili auquel elle a d’ailleurs assuré que son pays avait vocation à entrer dans l’OTAN, ce à quoi Moscou s’oppose.
Pour Angela Merkel, “toutes les parties ont désormais signé l’accord et conformément aux engagements, j’attends un retrait rapide des troupes russes, ce qui malheureusement, selon mes informations, n’est pas encore intervenu comme nous l’attendions,” a-t-elle affirmé.

Dans l’immédiat, les troupes russes restent positionnées en Géorgie, notamment près de Gori.

Elles ont encore renforcé leur présence d’après le gouvernement géorgien alors que le commandement russe a affirmé le contraire.

Bien loin de ces discours contradictoires et des mouvements de blindés, les fidèles qui se sont rendus hier dans cette cathédrale orthodoxe de Tbilissi, ont, eux, prié pour pouvoir de nouveau vivre en paix.