DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le retrait russe de Géorgie contesté par l'Occident

Vous lisez:

Le retrait russe de Géorgie contesté par l'Occident

Taille du texte Aa Aa

La police géorgienne a repris vendredi soir le contrôle de Gori, ville emblématique du conflit russo-géorgien, un conflit qui est pour autant loin d‘être réglé. Si Moscou estime avoir achevé le retrait de ses troupes de Géorgie conformément à l’accord de cessez-le-feu, Tbilissi, soutenu par Washington et Paris conteste vivement cette vision de la situation. En cause, la décision de Moscou de conserver sous son contrôle des zones tampon en territoire géorgien, autour des régions séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud.

Ces zones, dont les limites restent floues, incluent de larges tronçons du principal axe reliant d’Est en Ouest la Géorgie et notamment l’essentiel de la route entre Poti et Senaki.

Inacceptable pour Washington et Paris, qui exhortent une nouvelle fois Moscou à tenir ses engagements. “Le président Bush a parlé au président français par téléphone et ils ont évoqué la situation en Géorgie. Ils sont d’accord sur le fait que la Russie n’a pas respecté ses engagements et qu’elle doit le faire immédiatement”, a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche.

Londres a également fait part de sa profonde inquiétude. Enfin, Berlin estime que la zone tampon russe ne doit être qu’une mesure provisoire de sécurité en attendant la mise en place d’un dispositif international.