DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le port de Poti cristallise à présent la tension dans la crise russo-géorgienne.

Vous lisez:

Le port de Poti cristallise à présent la tension dans la crise russo-géorgienne.

Taille du texte Aa Aa

Ces manifestants géorgiens réclament le départ des troupes russes stationnées aux entrées de la ville de Poti. Mais Moscou a affirmé haut et fort que ses soldats, qui portent l’uniforme des forces de maintien de la paix, continueraient à patrouiller dans cette ville stratégique, située à une trentaine de kilomètres de l’Abkhazie. Selon le Kremlin leur présence est conforme à l’accord de cessez-le-feu. Une position dénoncée par Washington et Paris.

L‘épicentre de la tension s’est donc déplacée vers la mer Noire. Moscou accuse d’ailleurs l’OTAN d’accumuler des forces navales dans cette mer, sous couvert de livraison d’aide humanitaire à la Géorgie. En parallèle, les efforts diplomatiques se poursuivent. Le président Nicolas Sarkozy a eu un entretien téléphonique avec son homologue Dmitri Medvedev.

Pivot des négociations dans cette crise, la France qui préside l’Union européenne a exhorté Moscou à se retirer rapidement d’une route stratégique dans l’ouest de la Géorgie, où la Russie a conservé des postes avancés.

Or Abkhazie et Ossétie du Sud, la Russie affirme avoir achevé vendredi soir son retrait de Géorgie. Un retrait qui a laissé des traces comme dans la base militaire aérienne de Sénaki. A leur arrivée, les soldats géorgiens n’ont pu que constater l’ampleur des dégâts.