DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Moscou n'a pas peur d'une nouvelle guerre froide

Vous lisez:

Moscou n'a pas peur d'une nouvelle guerre froide

Taille du texte Aa Aa

“Une nouvelle guerre froide ne fait pas peur à la Russie”. Déclaration du président Medvedev, qui a bravé les Occidentaux hier en ratifiant l’indépendance des républiques géorgiennes séparatistes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie.

Et pour le chef du Kremlin, cette position est non négociable.

“ La balle est dans le camp des Européens, a-t-il lancé. Et si ce qu’ils veulent, c’est une dégradation de nos relations, ils vont l’avoir. Mais s’ils veulent maintenir des nos relations stratégiques, ce qui est tout à fait dans l’intérêt de la Russie et de l’Europe, eh bien, j’en dis que tout sera pour le mieux !”

La décision de Moscou a été accueillie par un concert de tirs à l’arme automatique dans les deux républiques renégates, où la population a laissé exploser sa joie.

Les gouvernements régionaux ont déjà assuré la Russie de leur coopération militaire. Moscou pourra ainsi disposer légalement d’une zone tampon au contact direct de la Géorgie et de l’OTAN, si celle-ci y adhère.

Car c’est bien le but ultime de Tbilissi : rejoindre au plus vite l’Alliance et l’Union européenne pour faire le poids face à son puissant voisin.

Le président géorgien Mikhail Saakashvili a d’ailleurs appelé les Occidentaux à accélérer la procédure. Il a aussi promis de lutter pacifiquement pour préserver l’intégrité territoriale de la Géorgie.

Premiers concernés par cette promesse : les déplacés de l’intérieur, ces Géorgiens qui ont dû fuir les républiques séparatistes pro-russes. Hier soir à Tbilissi, un groupe originaire d’Abkhazie a manifesté sa colère sous les fenêtres de l’ambassade de Russie.