DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rome change la loi sur les faillites pour sauver Alitalia

Vous lisez:

Rome change la loi sur les faillites pour sauver Alitalia

Taille du texte Aa Aa

C’est une des dernières mesures que le gouvernement italien a prise pour sauver Alitalia : modifier la législation sur les faillites. Un décret-loi a été adopté ce jeudi. Il va permettre la réalisation du plan de restructuration mis au point pour la compagnie italienne qui est au bord de la faillite. Un plan dénoncé par l’opposition de gauche notamment pour son coût social. Un coût peu évoqué au sein du parti du chef du gouvernement Silvio Berlusconi. “Non seulement, le plan du gouvernement sauve Alitalia, qui ne sera ni soldée ni en faillite, a soutenu Italo Bocchino du parti au pouvoir, mais il relance aussi Alitalia comme une grande compagnie internationale qui saura avoir un rôle au niveau européen.”

“Ce plan est pire que celui d’Airfrance, a déploré de son côté le chef de Refondation Communiste, PAolo Ferrero, parce qu’il y beaucoup plus de licenciements, et parce qu’il coûte beaucoup plus aux contribuables, et parce que, dans les faits, il détruit la compagnie.”

Le plan, qui doit être approuvé ce vendredi par le conseil d’administration d’Alitalia, prévoit environ 6000 suppressions d’emplois, d’après la presse italienne. Or le projet de rachat d’Air-France Klm en annonçait 2100. Un projet qui avait subi les foudres de Silvio Berlusconi au printemps dernier pendant la campagne électorale, il Cavaliere ayant joué la carte de l’italianité de la compagnie. Air-France-Klm qui avait jeté l‘éponge, s’est dit prête à prendre une participation minoritaire.

Par ailleurs, les nouveaux investisseurs, ont refusé de prendre en charge la dette d’environ 1,2 milliards d’euros. Elle restera à la charge de l‘état.