DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'UE divisée sur le bien-fondé de sanctions

Vous lisez:

L'UE divisée sur le bien-fondé de sanctions

Taille du texte Aa Aa

Plaider à l’unisson pour plus de fermeté face à la Russie, c’est ce qu’ont décidé les présidents polonais, letton et estonien, hier soir à Talinn en vue du sommet européen extraordinaire sur la Géorgie qui se tiendra lundi à Bruxelles.

Ils redoutent que l’UE, parce que dépendante du gaz russe, ne finisse par édulcorer son discours, en dépit des faits.

“ Les troupes russes ne se retirent pas et il n’y a aucun progès dans le processus de paix dans cette région, a constaté le président letton, Valdis Zalters. Il faut concentrer nos efforts sur les moyens de faire parler l’Europe d’une seule voix, parce que c’est ce qui est le plus important.”

Hier, l’ambassadeur de Russie auprès de l’Union européenne, Vladimir Tchizov, a appelé les dirigeants européens à ne pas céder à l‘émotion. Il leur a d’autre part recommandé de se garder d’adopter des sanctions contre Moscou, qui risqueraient de s’avérer contre-productives.

“Avant toute chose, je doute vraiment que l’UE nous impose des sanctions, a-t-il assuré. Mais pour parler théoriquement, hypothétiquement, si cela arrivait, ce serait au détriment de l’Union Européenne, autant sinon plus que de la Russie.”

L’idée d’imposer des sanctions à la Russie est loin de faire l’unanimité au sein des 27. La France, l’Allemagne et l’Italie notamment y sont, pour l’instant, réticentes.