DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise géorgienne : l'UE ne sanctionne pas la Russie mais reste ferme

Vous lisez:

Crise géorgienne : l'UE ne sanctionne pas la Russie mais reste ferme

Taille du texte Aa Aa

Les Vingt-sept veulent donner une nouvelle chance à la diplomatie pour résoudre le conflit en Géorgie. A l’issue d’un sommet extraordinaire, le Président français Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il rencontrerait les autorités russes et géorgiennes lundi prochain pour tenter de faire respecter le plan de paix obtenu le 12 août, quelques jours après l’intervention militaire russe en Géorgie.

“Et en accord avec tous les membres de l’Union, nous allons nous rendre à Moscou et Tbilissi. Nous demanderons à la Russie l’application scrupuleuse du plan en six points”, a expliqué Nicolas Sarkozy.

Ce plan prévoit le retrait des troupes russes de Géorgie, et tant qu’il n’aura pas lieu, les pourparlers sur le nouvel accord de partenariat entre Bruxelles et Moscou seront gelés :

“Les événements dramatiques des dernières semaines ont soulevé des questions sérieuses sur l‘état des relations entre la Russie et l’UE. Nous voulons un partenariat moderne tenant compte des intérêts fondamentaux mutuels, un partenariat que nous pensons être dans l’intérêt commun de la Russie et de l’Union européenne.”

Le prochain round de négociations sur ce partenariat était prévu pour les 15 et 16 septembre. Autant dire qu’il a peu de chances d’avoir lieu. Par ailleurs, l’Union européenne a aussi plaidé pour un mécanisme international permettant de superviser le cessez-le-feu.