DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les relations UE-Russie en question aujourd'hui à Bruxelles

Vous lisez:

Les relations UE-Russie en question aujourd'hui à Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

Dernier entretien téléphonique hier entre les présidents Sarkozy et Medvedev avant le sommet de l’Union européenne qui se tient cet après-midi sur la crise russo-géorgienne.

Les chefs d‘état français et russe ont discuté de questions concrètes concernant la sécurité des zones autour de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud.

Les questions générales, comme l’attitude de l’Union européenne à l‘égard de Moscou, sont, elles, déjà réglées : la Russie peut dormir sur ses deux oreilles, les dirigeants européens ne vont pas prendre de sanctions à son égard.

Janez Jansa, Premier ministre slovène, l’a répété :
“Il n’y aura pas lors de ce sommet de propositions visant à sanctionner la Russie, la présidence française a été suffisamment claire là-dessus. Je suis personnellement de cet avis aussi”.

Évoquant la reconnaissance par Moscou de l’indépendance auto-déclarée des deux régions séparatistes géorgiennes de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, le président Mikhaïl Saakashvili a demandé tout le soutien de l’Union européenne face à ce qu’il appelle une “agression russe”. Des milliers de Géorgiens devraient manifester aujourd’hui dans leur pays pour peser sur le sommet.

Mais afin d‘éviter un schisme entre les tenants d’une ligne dure face à Moscou, Grande Bretagne et pays baltes en tête, et les autres états membres, la Présidence française des Vingt-Sept a décidé de s’en tenir pour l’instant au minimum diplomatique : condamner, mais sans sanctionner.