DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Pays-Bas s'opposent à la reprise des négociations UE-Serbie

Vous lisez:

Les Pays-Bas s'opposent à la reprise des négociations UE-Serbie

Taille du texte Aa Aa

La Haye refuse, pour l’heure, de dégeler la partie commerciale de l’ASA (Accord de Stabilisation et d’Association) conclue avec la Serbie. L’ASA est la première étape vers une éventuelle adhésion européenne de la Serbie.

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères explique son choix : “Il est clair, selon moi, que pour le moment la Serbie ne coopère pas pleinement avec le TPIY. Donc, pour l’heure, il ne peut y avoir d’accord intermédiaire. Nous saluons cependant les importantes avancées du gouvernement serbe”, souligne Maxime Verhagen.

Les autres membres de l’Union restent néanmoins confiants et tablent sur un dégel de l’accord en octobre, pour la satisfaction du vice-Premier ministre serbe. “C’est encourageant de voir que 25 Etats membres ont défendu le cas de la Serbie, tout comme la Commission européenne. Mais il est extrêmement décevant de voir qu’un pays, ou peut-être même un seul homme, puisse décider des futurs pas de la Serbie vers l’intégration européenne”, s’indigne Bozidar Djelic.

Les Pays-Bas reprochent essentiellement à la Serbie de ne pas coopérer pleinement avec le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie. Belgrade n’a pas permis l’interpellation de l’ex-chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic.

En revanche Radovan Karadzic, l’ancien chef politique des Serbes de Bosnie, a été appréhendé cet été. Le procureur du TPIY a d’ailleurs salué les efforts de la Serbie.