DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une délégation de l'ONU pour la première fois en Ossétie du Sud

Vous lisez:

Une délégation de l'ONU pour la première fois en Ossétie du Sud

Taille du texte Aa Aa

Elle doit évaluer les dégâts causés le mois dernier par les combats entre la Russie et la Géorgie. Des agences humanitaires des Nations unies sont également attendues en Géorgie et dans les régions séparatistes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie. Objectif: collecter des informations concernant notamment les droits de l’homme.

En revanche il n’y aura pas d’observateurs supplémentaires en Géorgie. L’OSCE, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe jette l‘éponge. Après un mois de négociations, la Russie refuse qu’ils puissent pénétrer dans les zones séparatistes. Pour l’heure seule une vingtaine d’observateurs sont déployés en Géorgie, alors qu’une centaine était prévue.

Des résistances qui ne plaisent pas à la secrétaire d’Etat américaine. Condoleezza Rice accuse Moscou d‘être de plus en plus autoritaire et agressif. “Je me réfère entre autres choses, à l’intimidation de la Russie sur son voisin souverain, à l’utilisation du pétrole et du gaz, comme armes politiques, à sa suspension unilatérale du traité CFE, à sa menace de cibler les nations pacifiques avec des armes nucléaires, à ses ventes d’armes à des Etats et des groupes qui menacent la sécurité internationale.”

L’OTAN se montre plus prudente. Punir la Russie ne peut être la solution unique souligne son secrétaire général, il ne croit pas à une deuxième guerre froide. Une position exprimée alors que les ministres de la Défense des 26 pays de l’OTAN planchent sur les conséquences du nouveau climat de confrontation avec la Russie.