DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Belgique à nouveau fragilisée

Vous lisez:

La Belgique à nouveau fragilisée

Taille du texte Aa Aa

Nouveau soubresaut en Belgique. L’un des partis de nationalistes flamands se désolidarise de la coalition au pouvoir et fait planer sur le Royaume une nouvelle menace de crise politique. Les instances de la Nouvelle Alliance Flamande ne veulent plus participer au dialogue sur la réforme de l’Etat. Bart de Wever, le leader de la NVA :

“ Il faut dire ça suffit, on n’a plus confiance dans les partis francophones pour réaliser cette réforme et en conséquence nous n’avons plus notre place dans cette majorité fédérale.”

La NVA passe donc dans l’opposition. La formation ne fait pas partie du gouvernement fédéral mais de l’exécutif régional en Flandre, où elle est associée aux chrétiens-démocrates du CDV, le parti du premier ministre belge.

Yves Leterme est donc pris entre deux feux : il devra choisir entre son alliance avec la NVA en vue des élections régionales de juin 2009 et ses responsabilités gouvernementales.

Quinze mois après le début de la crise politique, Wallons et Flamands n’ont toujours pas réussi à trouver un accord sur la structure à donner à l’Etat.

Les négociations achoppent sur le sort de Bruxelles, îlot francophone en Flandre.
Les médiateurs nommés par le Roi Albert II ont d’ailleurs recommandé que ce dossier épineux soit abordé dans le cadre de négociations spécifiques, dissociées de la réforme de l’Etat.