DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise financière : les grandes lignes du Plan Paulson

Vous lisez:

Crise financière : les grandes lignes du Plan Paulson

Taille du texte Aa Aa

Que faire face à la crise qui a éclaté sur les marchés financiers depuis plusieurs jours ? Deux solutions s’offraient aux pouvoirs publics américains : soit laisser faire le marché, mais au risque d’un crack généralisé, soit intervenir massivement et rapidement pour sauver ce qui peut l‘être encore.

Les autorités ont décidé d’agir. Vendredi, le secrétaire au Trésor a esquissé les grandes lignes d’un plan de sauvetage. “Pour restaurer la confiance dans nos marchés et dans les institutions financières qui doivent alimenter la croissance et la prospérité, nous devons nous attaquer au coeur du problème, a ainsi expliqué Henry Paulson. Le gouvernement doit élaborer un plan afin de supprimer tous les actifs douteux qui sont en train de plomber nos institutions financières et qui menacent notre économie.

Ce plan est actuellement en discussion au Congrès américain. Dans sa version initiale, il prévoit que le Trésor pourra dépenser jusqu‘à 700 milliards de dollars, afin de racheter des actifs liés à des crédits immobiliers, des actifs émis uniquement avant le 17 septembre, par n’importe quel type d’institution financière ayant des activités importantes aux Etats-Unis. Ces achats par le Trésor ne pourraient pas durer plus de deux ans.

Dans ce plan, aucune instance judiciaire ou administrative ne pourrait contrôler les décisions du secrétaire au Trésor, qui serait libre de choisir les actifs rachetés. Il ne rendrait des comptes au Congrès qu’au cours du premier trimestre après l’entrée en vigueur de la loi, puis deux fois par an. En revanche, rien n’est dit, par exemple, sur la durée pendant laquelle le Trésor pourrait conserver ces actifs.

Les démocrates ont émis plusieurs critiques. Ils réclament notamment que le plan prenne davantage en compte la situation des propriétaires en difficulté. La sénatrice Hillary Clinton propose même de reprendre un plan datant de 1933, pendant la Grande dépression. “A l‘époque, explique-t-elle, l’organisation des détenteurs d’emprunts immobiliers avait sauvé un million de maisons et avait pu rendre une certaine somme au Trésor. Aujourd’hui, vu le taux de propriétaires, avec les données actuelles, on pourrait sauver trois fois plus de maisons, mais encore plus important : on pourrait stabiliser le marché immobilier.”

Autre incertitude : le Trésor sera-t-il enclin à accepter ce plan, sachant que le déficit budgétaire est déjà énorme. Ce qui est sûr, c’est que les contribuables seront forcément sollicités, d’une manière ou d’une autre.