DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les places boursières fébriles en attendant le plan de sauvetage de l'économie américaine

Vous lisez:

Les places boursières fébriles en attendant le plan de sauvetage de l'économie américaine

Taille du texte Aa Aa

Les places boursières sont dans l’expectative aujourd’hui, comme hier. Les investisseurs ne semblent pas convaincus par le plan de sauvetage de l‘économie présenté par l’administration Bush. Dans sa version initiale, ce plan prévoit de dépenser 700 milliards de dollars pour racheter les actifs douteux des banques.

Les parlementaires américains sont actuellement réunis pour en débattre. Et les critiques fusent de toute part. Ainsi le sénateur républicain Richard Shelby. Il estime que “ce n’est pas en dépensant une telle somme d’argent qu’(on) trouvera une solution à la crise”. “Il est temps, dit-il que l’administration et le Congrès élaborent ensemble et le plus vite possible, un plan d’action crédible. C’est ce qu’il faut faire, ajoute-t-il, plutôt que de gaspiller 700 milliards de dollars issus de la poche des contribuables.”

Dans la planète finance, on veut donc en savoir davantage sur qui exactement va payer, ou encore quels sont précisément les actifs concernés. Pour l’heure, pas de réponse précises des autorités, seulement des grandes généralités. “Je pense que si le marché des crédits ne fonctionne pas, des emplois seront perdus” affirme Ainsi, Ben Bernanke, le président de la Réserve fédérale. De plus, ajoute-t-il, “le chômage augmentera, plus de maisons seront saisies, le PIB va reculer et l‘économie ne pourra pas se stabiliser quelle que soit la politique adoptée”.

En plus du volet politique, il y a le volet judiciaire. Des agents du FBI ont lancé une enquête concernant plusieurs établissements bancaires. Les enquêteurs soupçonnent les dirigeants de ces entreprises d’avoir fourni de fausses informations aux marchés et aux autorités des marchés. L’enquête porte sur les établissements Lehmann Brothers, Freddie Mac et Fannie Mae, tout trois au coeur de la crise financière ces dernières semaines.