DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fortis, Bradford et Bingley, Hypo Real Estate

Vous lisez:

Fortis, Bradford et Bingley, Hypo Real Estate

Taille du texte Aa Aa

le secteur bancaire étale sa fébrilité en Europe

Les pays du Benelux ont décidé hier de nationaliser le groupe Fortis. Une annonce faite dans la soirée après les réunions que les autorités belges, néerlandaises et luxembourgeoises ainsi que le gouverneur de la Banque centrale Jean-Claude Trichet ont multiplié tout au long du week-end.

Fortis est confrontée à une grave crise de confiance sur les marchés.

L‘état belge va investir 4,7 milliards d’euros, les Pays-Bas 4 milliards et le Luxembourg 2,5 milliards en échange d’une participation de 49% respectivement dans les filiales bancaires belge, néerlandaise et luxembourgeoise du groupe, selon Yves Leterme, le premier ministre belge.

Ce sauvetage est de taille. Fortis est le plus important employeur du secteur privé en Belgique et concentre environ la moitié des dépôts bancaires du pays. Le groupe est la deuxième institution financière aux Pays-Bas.

En Grande Bretagne, les regards se tournent vers la la banque en difficulté Bradford & Bingley.

L’espagnole Santander a annoncé la nuit dernière qu’elle allait reprendre, via la banque Abbey qu’elle possède, les quelques 200 succursales et les comptes clients de sa consœur britannique.

Par ailleurs, selon la télévision publique, le gouvernement devrait annoncer qu’il nationalise les quelques 63 milliards et demi d’actifs de la Bradford & Bingley.

En Allemagne, l’horizon s‘éclaircit pour la Hypo Real estate, menacée de faire faillite d’après la presse spécialisée. Un consortium de banques privées allemandes est venu à son secours. Une annonce faite la nuit dernière.