DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Forte poussée de l'extrême droite en Autriche

Vous lisez:

Forte poussée de l'extrême droite en Autriche

Taille du texte Aa Aa

Les Autrichiens ont ils sanctionné les deux grands partis de la coalition sortante, les immigrés ou encore l’Europe ? Difficile d’analyser le résultat des élections législatives, et en particulier ce raz-de-marée des deux formations d’extrême droite. Elles totalisent ensemble près d’un tiers des suffrages, si bien que l’extrême droite, c’est à présent la troisième force politique du pays. Reste qu’aujourd’hui, les résultats ont pour certains un goût amer. “Je pense que c’est la réponse de beaucoup de gens insatisfaits de la coalition ces deux dernières années, réagit un habitant de Vienne. Voilà ce qui s’est passé. Moi j’ai grandi à une époque où un basculement à droite avait des conséquences, de graves conséquences”.

Un peu moins de 30% aux sociaux-démocrates, un peu plus de 25% pour les conservateurs et respectivement 18% et 11% pour Le FPÖ et le BZÖ dont les programmes divergent peu et les idées, notamment anti-européennes, au total l’emportent sur toutes les autres.

En 2000, la participation de Jorg Haïder au gouvernement avait entraîné des sanctions politiques des 14 contre l’Autriche. Ce lundi matin, la réaction à Bruxelles se plaçait entre prudence et vigilance : “Nous espérons que l’Autriche restera un partenaire important et constructif de l’Union”.

Heinz Christian Strache, le leader du FPÖ et Jorg Haïder du BZÖ jubilaient dimanche soir, arborant sourires et gestes de vainqueurs, et promettant à la foule de leurs supporters une ère nouvelle. Mais qu’en sera t-il réellement ? Même alliés, ils ne pourraient gouverner seuls. Et qui voudra d’eux dans une coalition? Pour faire appliquer leurs programmes il leur faut transformer l’essai ou bien rester dans l’opposition. En attendant l’hypothétique défaite d’une nouvelle grande coalition avec les deux partis qui n’ont pas réussi à s’entendre en 18 mois. Lesquels ont une lourde responsabilité à porter. Cars s’ils s’allient une fois encore, un autre échec ne ferait que conforter, à leurs dépends, ce nouvel échiquier.