DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Lituanie, fière d'une centrale nucléaire dont l'Union européenne ne veut pas

Vous lisez:

La Lituanie, fière d'une centrale nucléaire dont l'Union européenne ne veut pas

Taille du texte Aa Aa

Les Lituaniens votent en ce moment pour renouveler leurs députés, dans des élections qui risquent d‘être difficiles pour les sociaux-démocrates, qui dirigent le gouvernement depuis juillet 2001.

la centrale nucléaire d’Ignalina est également au programme du vote, puisqu’un référendum est aussi organisé aujourd’hui pour décider ou non de la prolongation de son exploitation.

Selon les plus récents sondages, le parti social-démocrate du Premier ministre Gediminas Kirkilas est assez largement distancé par les conservateurs d’Andrius Kubilius, un ancien Premier ministre entre 1999 et 2000 et par deux partis populistes, Ordre et Justice et le Parti travailliste.

L’Union Européenne a imposé la fermeture définitive de la centrale fin 2009, dans le traité d’adhésion de la Lituanie à l’Union. Le référendum sur l’exploitation de cette usine, construite sous l’aire soviétique et semblable à celle de Tchernobyl, est destinée à faire pression sur l’Union pour que celle-ci autorise les Lituaniens à continuer à l’utiliser. L’issue du vote devrait être positive.

Mais selon un diplomate européen, Bruxelles est prête à aider Vilnius, mais pas à violer les traités.