DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise financière et immobilière + contagion à l'économie réelle = montée du chômage en Grande Bretagne

Vous lisez:

Crise financière et immobilière + contagion à l'économie réelle = montée du chômage en Grande Bretagne

Taille du texte Aa Aa

Le Royaume Uni se rapproche à grands pas de la barre des deux millions de chômeurs. Sous l’impact des crises financière et immobilière, le nombre de chômeurs a grimpé de 164.000 à 1 million 790.000 entre les mois de juin et aout dernier. Cette évolution affirment certains économistes, marque le début d’un mouvement qui devrait entraîner le chômage britannique à des niveaux inconnus depuis les années 90. “Je me suis présenté à pas mal de boulots et je me suis fait jeter affirme un jeune chômeur. Je pense qu’il y a beaucoup de gens comme moi désormais : des travailleurs et d’autres qui travaillent dans la construction et qui se battent pour trouver un travail, parce qu’il y a un tel manque de travail et tellement de gens qui veulent travailler”.

Cette hausse du chômage entre les mois de juin et aout derniers a porté à 5,7% le taux de chômage britannique par rapport à la population active : un sommet depuis mars 2000. Pour être encore plus alarmiste on notera qu’il faut remonter à 1991, date de la dernière récession qui a frappé le Royaume Uni pour constater une progression aussi brutal du nombre de demandeurs d’emploi.

A New York, c’est le responsable des finances de la municipalité qui tire la sonnette d’alarme en prévoyant désormais 165.000 suppressions de postes après contagion de la crise financière au reste de l‘économie new-yorkaise. Sa dernière prévision en juillet dernier portait sur la suppression à New-York de 85.000 postes.