DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En pleine crise financière mondiale, la faim dans le monde gagne encore du terrain

Vous lisez:

En pleine crise financière mondiale, la faim dans le monde gagne encore du terrain

Taille du texte Aa Aa

“S’il y a une récession, naturellement ce sera plus difficile de débloquer des ressources pour l’agriculture dans les pays en développement, mais en plus, les revenus ne vont pas augmenter en période de récession, et par conséquent, il va y avoir encore plus de gens pauvres et affamés… “ Constat sans appel de Jacques Diouf, le directeur de la FAO, à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation.

Pour tous les acteurs de la lutte contre la faim dans le monde, il faut à tout prix éviter que la crise financière qui frappe le monde entier depuis plusieurs semaines ne vienne encore compromettre l’aide dont les pays pauvres ont urgemment besoin. Car voici la situation:

A l’aube du millénaire, l’ONU s‘était engagée à réduire de moitié la faim dans le monde d’ici 2015. Or en un an, non seulement le nombre des personnes concernées n’a pas baissé, mais il a augmenté. 75 millions de personnes en plus, essentiellement d’Asie pacifique, d’Afrique sub-saharienne et d’Amérique latine.

Or,dans le même temps, l’aide internationale a atteint son plus bas niveau depuis 40 ans. “Le monde doit se relever de trois crises, les prix alimentaires, ceux de l‘énergie, et maintenant la crise financière, dit ici cette responsable du Programme alimentaire mondial. Tout le monde est touché, mais pour ceux qui vivent avec moins d’un dollar par jour, c’est une question de vie ou de mort, de pouvoir nourrir ses enfants ou pas. En cette journée mondiale de l’alimentation, il est important que nous rappelions cela, et que nous rendions hommage à ceux qui ont rempli leurs engagements… “

Asina est kényane, elle vit avec ses 6 enfants dans le bidonville de Kibera à la périphérie de Nairobi. Le prix des aliments de base s’est envolé et pour elle chaque jour, manger est un pari : “Quand on mange le midi, dit-elle, on se demande si on va pouvoir manger le soir ou pas. Si on a à manger, c’est bien, sinon, on reste comme ça…”

Ils sont désormais près d’un milliard à rester comme ça, en attendant. L’Union européenne a d’ores et déjà annoncé qu’elle débloquera 15 millions d’euros supplémentaires pour les 5 pays de la corne de l’Afrique qui s’ajouteront aux 135 millions déjà versés cette année. Mais selon la FAO, il faudrait au moins 22 milliards d’euros par an pour assurer la sécurité alimentaire dans le monde.