DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allemagne : adoption du plan contre la crise financière et arrières pensées électorales

Vous lisez:

Allemagne : adoption du plan contre la crise financière et arrières pensées électorales

Taille du texte Aa Aa

La gestion de la crise financière aura peut-être un impact sur les élections législatives de 2009 en Allemagne. Au Bundestag, le plan de 480 milliards d’euros de soutien au secteur bancaire a été adopté par la majorité CDU-SPD,les sociaux-démocrates et les conservateurs, ainsi que par les libéraux du FDP. Seuls les députés de Die Linke, la gauche radicale et les Verts ont voté contre.

Le ministre de l’Economie a accusé la gauche de “vouloir créer la panique en parlant de crise générale de l‘économie nationale et de vouloir en tirer un profit politique”.

Alors que la chancelière Angela Merkel affichait une mine fatiguée, le ministre de l’Economie se réjouissait que le président de la Deutsche bank, Josef Ackermann, ait renoncé à son bonus annuel.

La chef du groupe parlementaire des Verts, Renat Künast, ne le voit pas de cet oeil :
“Quand j’ai lu ce matin “Ackermann renonce”, j’avais de l’espoir pendant une seconde, mais après, j’ai lu, “il renonce à son bonus”, qu’il pense qu’il méritait un bonus cette année au lieu de renoncer à tout son salaire, c’est un culot incroyable.”

Le bonus annuel de Josef Ackermann se chiffre à quelques millions d’euros. Y renoncer alors que la Deutsche bank ne sollicite pas l’aide de l‘état est censé être considéré comme un geste de solidarité.

Aux Allemands de juger. Pour le moment, l’horizon leur paraît sombre. Ils sont 66% à penser que le pire est à venir pour le secteur financier.