DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La bourse de Buenos Aires voit d'un mauvais oeil la nationalisation des fonds de retraite privés

Vous lisez:

La bourse de Buenos Aires voit d'un mauvais oeil la nationalisation des fonds de retraite privés

Taille du texte Aa Aa

Inquiétude de la population et réaction très négative des marchés financiers en Argentine après l’annonce de la nationalisation prochaine des caisses de retraite privées. La Bourse de Buenos Aires a clôturé en baisse de 10,11%, accusant une perte de 23% depuis lundi et les premières rumeurs de nationalisation.

La prise de contrôle par l’Etat des sociétés privées qui gèrent les fonds de retraite a été présentée par la présidente Cristina Kirchner comme une réponse adéquate à la crise mondiale. Mais certains Argentins ne l’entendent pas ainsi :

“J’ai envie de faire ce que je veux avec mon argent”, réagit un retraité, “et je ne veux pas que le gouvernement me force à faire ce qu’il veut”. “Le gouvernement pense qu’il a tous les pouvoirs pour faire ce qu’il veut”, dit une employée. “Je n‘étais pas une partisane de ce gouvernement, je le suis encore moins depuis cette décision”.

Selon les analystes, cette initiative surprise du gouvernement ressemble fort à un moyen de se renflouer à court terme, mais elle serait surtout révélatrice de la mauvaise santé économique du pays.