DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Face à la crise qui pointe, le premier ministre japonais entreprend de rassurer ses concitoyens

Vous lisez:

Face à la crise qui pointe, le premier ministre japonais entreprend de rassurer ses concitoyens

Taille du texte Aa Aa

Le nouveau paquet de mesures anticrise, dévoilé par le gouvernement japonais et l’inquiétude manifestée par le club des pays riches du G7 par rapport à la flambée du Yen : rien n’y fait et les marchés n’ont pas réagi bien au contraire puisque l’indice Nikkei de la bourse de Tokyo abandonnait plus de 6% lundi à la clôture. C’est le plus bas niveau de l’indice depuis octobre 1982. Les craintes pour l‘économie réelle se précisent au Japon.
En dehors d’un fléchissement du yen aussi bref que léger lundi, le marché des changes a royalement ignoré l’avertissement du G7 et le dollar a continué sa glissade face au yen : un dollar affichait une parité de 93 yens lundi contre 109 yens au mois d’aout. Et encore, vendredi le dollar avait glissé à 90 yens : enregistrant un plus bas de 13 ans. Face à la crise, le Premier ministre japonais Taro Aso a tenté de calmer les esprits et de rassurer ses concitoyens ce qui, reconnaissons-le est un peu son métier.
“Un yen fort n’est pas du tout négatif pour le Japon
Nous devons être positifs, et pas seulement négatifs a affirmé Taro Aso. Ce sont les journaux qui écrivent des choses négatives, et qui disent que le pays est au bord de l‘éclatement, mais ce n’est pas vrai. Le Japon est observé par le reste du monde avec un sentiment d’espoir.”
Les grandes banques japonaises auraient l’intention d’augmenter leur capital pour relever leur ratio de rentabilité, ainsi Mitsubishi USJ va émettre pour 8,4 milliards d’euros d’actions nouvelles. Les autres banques ont démenti tout appel au marché, ce qui ne les a pas empêché de perdre beaucoup de terrain lundi matin à Tokyo.