DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Caucase, berceau de nouvelles relations transatlantiques?

Vous lisez:

Le Caucase, berceau de nouvelles relations transatlantiques?

Taille du texte Aa Aa

A l’heure où son mandat s’achève, George Bush est en Géorgie, un héros pour beaucoup. De nombreux Géorgiens retiennent son soutien à leur pays, malgré l’issue décevante du conflit face à la Russie en août.
Après le cessez-le-feu négocié par le président de l’Union Nicolas Sarkozy, la situation dans le Caucase oblige Européens et Américains à refonder leurs relations. Celles-ci ne peuvent que s’améliorer quelque soit l’issue de l‘élection présidentielle américaine d’après Daniel Fried, le secrétaire d’Etat américain adjoint pour les Affaires européennes
en visite à Tbilissi: “Sans l’accord négocié par le président Sarkozy, son énergie et sa détermination, la situation aurait été pire. Il ne s’agit pas d’une région où les Etats-Unis et l’Europe ont des points de vue différents, poursuivent des buts distincts ou n’ont pas la même évaluation des choses; mais d’une zone où les Etats Unis et l’Europe ont bien travaillé ensemble et je crois vraiment que cela va continuer ainsi.”

Européens et Américains sont notamment divisés sur l’approvisionnement énergétique de l’Union européenne, la Géorgie y contribue grâce à un pipeline indépendant de la Russie.
Les Européens ne veulent pas se priver de l’approvisionnement russe tandis que pour les Etats Unis, la plupart de leurs alliés devraient s’en passer.

Du côté de l’aide à la population et à la reconstruction, les Etats-Unis restent le partenaire incontournable. ils vont verser un milliard d’euros sur les 3 milliards et demi promis lors de la conférence internationale des donateurs.

L’Union européenne a envoyé une mission sur le terrain pour contrôler le respect du cessez-le-feu. Pour la mettre en place, les Européens ont du faire taire leurs divisions. Certains ont craint de froisser la Russie, d’autres plaidaient pour une position plus dure envers Moscou, en faisant équipe avec les Etats-Unis.

Après les tensions notamment à propos de l’Irak, les Européens et les Américains se retrouvent autour d’objectifs communs dans le Caucase, d’autant plus que la Russie affiche davantage ses ambitions.
Eviter d’isoler Moscou sans apparaître en position de faiblesse: voilà la tâche délicate qui, aux côtés des Européens, attend la nouvelle administration américaine.