DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Barack Obama : le premier Noir susceptible de devenir président des Etats-Unis

Vous lisez:

Barack Obama : le premier Noir susceptible de devenir président des Etats-Unis

Taille du texte Aa Aa

Cette aura ne l’aura pas quitté durant toute une campagne qui, quelqu’en soit l’issue, aura marqué l’histoire aux Etats-Unis. Barack Hussein Obama, jeune avocat devenu sénateur en 2005 n’avait jusque là qu’une expérience très limitée en politique locale. Propulsé par une épouse influente dans la cour des grands, il se lance le 10 février 2007 et annonce officiellement sa candidature à la présidence des Etats-Unis, non sans réalisme :

“J’admets qu’il y a une certaine audace à faire cette annonce… Je sais que je n’ai pas passé beaucoup de temps à apprendre les rouages de Washington, mais je suis là depuis assez longtemps pour savoir que ces rouages doivent changer.”

Obama, l’afro-américain élégant et érudit jusqu’alors inconnu du grand public fait mouche alors que personne ne s’y attend, que personne ne pense que l’Amérique est prête à ce changement là.

En juillet 2004, il a connu sa première heure de gloire à la convention démocrate de John Kerry, il y prononce une apologie très remarquée du rêve américain et de l’Amérique généreuse.
Puis vient l‘élection au sénat, il y cotoiera pour la première fois Hillary Clinton, l‘épouse de l’ex- président dont il avait activement soutenu la candidature en son temps.

Né d’un père noir, kényan et musulman et d’une mère blanche, américaine et chrétienne, Obama porte en lui une partie de la diversité de l’Amérique. Des origines qu’il cultive à travers l’amour très médiatisé qu’il porte à ses grands-mères.

Est-ce cette mixité? Le changement qu’il incarne? Son pragmatisme politique? toujours est-il que le 3 juin 2008, aux termes de primaires éreintantes, Hillary Clinton est irrémédiablement distancée, lui triomphe: “Grace à vous, ce soir, je peux être face à vous, pour vous dire que je serai le candidat démocrate à la présidence des Etats-Unis d’Amérique.”

Transformer l’essai. C’est ce que ses partisans espèrent désormais, car de l’investiture à la Maison Blanche, la route est encore longue. Tant elle dépend de ce qui se passera dans la tête des électeurs, au moment de voter.