DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Se souvenir de Jean Monnet

Vous lisez:

Se souvenir de Jean Monnet

Taille du texte Aa Aa

Cognac était ce dimanche la plus européenne des villes. On y commémorait la naissance d’un illustre enfant du pays il y a 120 ans. Jean Monnet, mais encore. Petit test auprès de la population locale : “Jean Monnet, c‘était un, un monsieur de… qui…” “Jean Monnet, je sais pas, je sais pas !” “Fondateur de l’Europe et atlantiste aussi, serviteur de la France et Cognaçais d’origine.”

S’il est un père fondateur de l’Union européenne, c’est en effet bien lui. Quelques années après la Seconde guerre mondiale, alors en charge du plan censé redonner vie à l‘économie française, ce visonnaire veut faire du rapprochement franco-allemand le fondement de la paix. Il lance l’idée d’une Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier, la mise en commun de ces ressources vitales étant pilotée par une autorité supranationale. Révolutionnaire pour l‘époque. La CECA, première esquisse de l’Europe des six, naît en 1951, le début de la grande aventure européenne.

Et pourtant, Monnet, fils d’un négociant en Cognac ayant quitté les bancs de l‘école à 16 ans, n‘était pas prédestiné à un tel parcours. “Très tôt en effet, il travaille pour l’entreprise qu’a créé son père en quelque sorte, et il parcourt le monde, oui, pour vendre du Cognac souligne Roger Garnier, conférencier. Il fait montre là d’un instinct très particulier. Il a comme des antennes qui font qu’il sait rencontrer les gens essentiels, les gens qui vont prendre les décisions.”

Schuman, Adenauer, Churchill et outre-atlantique de Roosevelt à Kennedy. Il les aura tous côtoyés de près et aura à sa manière subtile influencé l’histoire. Se souvenir de l’homme, c’est aussi se souvenir de l’histoire, pour que les jeunes générations ne pensent pas que l’Europe coule de source comme les flots tranquilles de la Charente.