DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise financière adoucit-elle les moeurs ?

Vous lisez:

La crise financière adoucit-elle les moeurs ?

Taille du texte Aa Aa

A la veille d’un sommet Union européenne-Russie, qui s’ouvre ce vendredi à Nice, les deux parties semblent plus que jamais ouvertes au dialogue. Arrivé la veille sur la Côte d’Azur, le président russe estime que c’est en grande partie grâce à la présidence française.

“Je félicite le président français pour ses efforts et pour ce qu’il fait afin que nous parvenions à un dialogue entier, productif et profitable sur le long terme pour la Russie et l’Union européenne. C’est exactement le genre de relation que nous souhaitons et nous pensons que c’est ce dont la Russie et l’Union ont besoin”, explique Dmitry Medvedev.

Si la présidence française est prête à tourner la page des désaccords passés sur le conflit géorgien, qui opposa Tbilissi à Moscou cet été, ce n’est pas le cas de tous les Etats membres ni de la commissaire européenne chargée des Relations extérieures.

“La Russie est un acteur géopolitique très important. Nous voulons donc, évidemment, dialoguer avec elle”, souligne Benita Ferrero-Waldner. “Mais en même temps, cela ne veut pas dire que nous changeons de position sur l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud notamment. La façon dont la Russie a répondu à la Géorgie dans ce conflit était disproportionnée.”

Face à ces différends, d’autres priorités s’imposent : la crise financière mais aussi l‘énergie. Moscou a longtemps utilisé son gaz pour faire pression sur les négociations avec Bruxelles. Mais la chute des prix change la donne. Ce qui explique sans doute que les deux parties veuillent se montrer plus conciliantes.