DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Allemagne est prête - sous condition - à soutenir Opel

Vous lisez:

L'Allemagne est prête - sous condition - à soutenir Opel

Taille du texte Aa Aa

Lundi, la chancelière allemande Angela Merkel devait rencontrer à cette fin des représentants d’Opel, la filiale allemande du constructeur automobile américain General Motors qui emploie 25.000 personnes dans plusieurs usines situées sur le territoire. Cependant Berlin veut être sur que l’argent donné à Opel n’ira pas renflouer la trésorerie de General Motors qui a demandé – en vain pour l’instant – une aide financière de la part de l’administration américaine. Pour sa part Michael Glos, le ministre allemand de l’Economie ne cache pas son inquiétude : ma crainte c’est que de plus en plus d’entreprises en situation de sous-capacités cherchent des plans publics de sauvetage et cela bien sur signifie des problèmes pour nous. “

Les difficultés du secteur automobile prennent tous leur sens en Allemagne où un travailleur sur cinq est employé directement ou indirectement par ce secteur. “Concernant le caractère international du problème de General Motors et d’Opel, il est nécessaire explique Norbert Walter, le chef économiste de Deutsche Bank, d‘être sur que l’aide de l’Etat avec l’argent des contribuables allemands, ne va pas conduire à un transfert d’argent vers des actifs en faillite. ça n’aiderait ni les travailleurs d’Opel, ni les acheteurs de voitures européennes”. Opel est le premier constructeur automobile européen à demander une aide publique. Le gouvernement allemand a fait savoir lundi soir que cette aide ne sera pas débloquée avant Noël.