DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'ETA a sans doute perdu sa tête opérationnelle

Vous lisez:

L'ETA a sans doute perdu sa tête opérationnelle

Taille du texte Aa Aa

Garikoïtz Aspiazu, alias “Txeroki”, le chef présumé de l’appareil militaire de l’organisation séparatiste basque a été arrêté la nuit dernière à Cauterets dans les Hautes Pyrénées en France. Il a été interpellé en compagnie d’une femme soupçonnée d’appartenir elle aussi à l’ETA. Ils ont été placés en garde à vue.

“Txeroki”, 35 ans, était très recherché par les polices espagnole et française. L’annonce de son arrestation a été faite par un communiqué de la ministre française de l’intérieur Michèle Alliot Marie qui a salué “l’excellente collaboration entre les deux pays”. Txeroki est soupçonné par la justice d‘être le responsable des meurtres de deux gardes civils à Capbreton dans les Landes, le 1er décembre 2007. Les deux hommes effectuaient alors une mission de renseignement dans le sud de la France. L’ETA avait revendiqué cet attentat 15 jours plus tard. “Txeroki” aurait pris la tête des commandos de l’ETA fin 2003 et serait l’un des tenants de la ligne dure. A ce titre, il aurait ordonné l’attentat contre l’aéroport de Madrid le 30 décembre 2006. Un attentat qui avait fait 2 morts. Cette attaque avait conduit le gouvernement socialiste de José Luis Zapatero à mettre fin à sa tentative controversée de solution négociée du “conflit basque”.