DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Travailleurs de l'Est : pas de déstabilisation du marché de l'emploi

Vous lisez:

Travailleurs de l'Est : pas de déstabilisation du marché de l'emploi

Taille du texte Aa Aa

Tout compte fait, les anciens Etats membres de l’Union européenne n’ont rien à craindre du plombier polonais. C’est en substance ce que dit une étude de la Commission européenne. Quatre ans après l’adhésion du bloc d’Europe centrale et orientale, rejoint l’an dernier par la Bulgarie et la Roumanie, Bruxelles assure que les travailleurs de l’Est n’ont pas chamboulé le marché de l’emploi.

Pour preuve, seulement 5% de la population active en Irlande provient des pays de l’Est et ce chiffre est de 1,2% pour le Royaume-Uni. Les Roumains et les Bulgares ont eux une préférence pour l’Espagne et l’Italie. Contrairement aux craintes, leur arrivée n’a pas tiré les salaires vers le bas. Elle aurait au contraire contribué à la croissance économique.
Actuellement, seuls l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark et la Belgique maintiennent encore des restrictions pour les travailleurs des huit pays de l’Est qui ont adhéré en 2004. Pour les Roumains et les Bulgares, l’accès est restreint dans quinze des pays partenaires de l’Union. Mais d’ici quelques années, ces entraves devront disparaître, libre circulation oblige.