DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La piraterie pourrait-elle modifier les routes maritimes ?

Vous lisez:

La piraterie pourrait-elle modifier les routes maritimes ?

Taille du texte Aa Aa

Après l’attaque du Sirius Star, un superpétrolier transportant un chargement de 80 millions d’euros, certains se posent la question. Trois grandes compagnies maritimes ont décidé de ne plus passer par le Golfe d’Aden mais d’opérer un détour par le Cap de Bonne Espérance, en Afrique du Sud.

Les experts estiment en effet que les patrouilles présentes dans le Golfe ne peuvent assurer la sécurité du fret. “Pour contrecarrer la piraterie il n’y a pas de solution miracle. Il n’y a pas assez de navires de guerre dans tout le monde pour protéger le Golfe d’Aden et la côte africaine. La solution doit être politique, en Somalie, entre les deux parties en conflit. Sans cette paix, les problèmes en mer persisteront”, conclu Jim Wilson.

Actuellement seule une vingtaine de bâtiments de guerre pourchassent les pirates au large des côtes somaliennes dans une zone de 6,5 millions de km2.

Stigmatisée, la Somalie tente de clarifier les choses par la voix de son Premier ministre. “Je pense qu’il y a un lien avec d’autres organisations. Je ne pense pas que ce soit uniquement une piraterie somalienne”, souligne Nour Hassan Hussein.

De l’aveu même du chef d’Etat major responsable des patrouilles dans le secteur, les pirates sont particulièrement bien armés et disposent d’excellents stratèges. Reste à savoir s’ils sont tous Somaliens.