DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Réforme de la PAC : détails et réactions

Vous lisez:

Réforme de la PAC : détails et réactions

Taille du texte Aa Aa

Le lait. C‘était l’un des grands enjeux de ce réaménagement de la PAC. Dans les années 1980, l’Europe avait imposé des quotas pour mettre fin à la surproduction. Les Vingt-sept l’ont confirmé. Ces quotas seront supprimés en 2015. Et d’ici là, ils seront augmentés de 1% par an pour ne pas lâcher la bride du jour au lendemain. Sur ce point, les tractations ont été ardues. L’impression du rédacteur en chef du magazine Agro Facts : “Je pense qu’il est juste de dire que tous les Etats membres ont obtenu quelque chose avec ce paquet. Mais si je le regarde dans son ensemble, il me semble aussi que les Allemands, les Français et les Italiens sont les grands gagnants. Les Italiens obtiennent la hausse des quotas laitiers qu’ils voulaient depuis des années. Les Allemands obtiennent un nouveau fonds laitier pour aider les producteurs à faire face à la suppression progressive des quotas laitiers sur les sept ou huit prochaines années. Quant aux Français, ils obtiennent beaucoup plus de flexibilité sur la façon dont ils peuvent dépenser l’argent européen, en particulier en soutenant l‘élevage.”

Contrairement à l’Allemagne ou la France, qui craignent une chute des prix du lait, l’Italie a bataillé pour que ses quotas soient augmentés d’un coup. Le ministre de l’Agriculture dit sa satisfaction : “Il y a deux aspects positifs. Le premier est que cela a permis à l’Italie de revenir à la table des négociations en se faisant respecter, et ça n’a pas toujours été le cas au cours des dernières années. Deuxième point, il s’agit d’un grand pas en avant pour la PAC, un rendez-vous que nous ne pouvions pas manquer. Nous devions être là pour défendre nos demandes de contributions et de modifications des règles.”

Autre changement majeur : les prix garantis pour plusieurs produits seront supprimés ou revus à la baisse. Sauf par exemple pour le blé. Et si les aides directes aux agriculteurs seront réduites elles aussi, c’est pour mieux financer des projets respectueux de l’environnement, une autre priorité de l’Union européenne.