DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tibet : la diplomatie plutôt que la force

Vous lisez:

Tibet : la diplomatie plutôt que la force

Taille du texte Aa Aa

Les Tibétains en exil se sont prononcés pour la poursuite de la diplomatie dite de la “voie moyenne” avec Pékin.

Réunis à Dharamsala, en Inde, quelques 600 délégués ont discuté pendant six jours d’une éventuelle radicalisation de la lutte contre la domination chinoise au Tibet. Pour finalement y renoncer.

La position du Dalaï Lama, qui s’est tenu à l‘écart des rencontres, l’a donc emportée.

Mais après l‘échec de pourparlers au début du mois à Pékin, les exilés ont durci le ton.

“ Nous n’enverrons pas de nouveaux émissaires,” a scandé Dolma Gyari, vice-présidente du parlement tibétain en exil. “ Et si la Chine ne répond pas positivement à notre initiative, notre seule option sera de revendiquer une indépendance totale.”

La voie moyenne consiste à réclamer une large autonomie culturelle pour le Tibet, annexé par la Chine en 1951.

Les émeutes du printemps dernier à Lhassa avaient mis en exergue l’impatience d’une partie de la jeunesse tibétaine, frustrée de voir que la voie du dialogue ne portait pas ses fruits. Une frange cependant minoritaire.