DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Greenpeace encourage une réforme radicale du système d'autorisation des OGM en Europe

Vous lisez:

Greenpeace encourage une réforme radicale du système d'autorisation des OGM en Europe

Taille du texte Aa Aa

Beaucoup plus de rigueur et de précaution vis-à-vis des OGM. C’est l’appel lancé par des manifestants de Greenpeace aux institutions européennes, à l’heure où l’Europe cherche à réformer le système d‘évaluation et d’autorisation des transgéniques sur son sol. Actuellement, l’EFSA, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, joue un rôle prépondérant dans ces décisions. Et elle est largement favorable aux OGM, déplore ce représentant grec : “La Commission tente de se réfugier derrière les avis de l’EFSA, qui sont toujours positifs.”

Une fois que l’EFSA a donné son feu vert à un OGM, les Etats membres peuvent s’y opposer en réunissant une majorité qualifiée, mais ils sont trop divisés. Résultat, c’est généralement la Commission qui tranche en suivant l’EFSA. “Les gens qui s’occupent des OGM à l’EFSA sont les meilleurs experts de l’Union européenne dans ce domaine. Nous agissons de manière neutre à la Commission européenne. Nous envoyons des demandes d’autorisation pour les OGM à l’EFSA, et si celle-ci répond favorablement, alors, nous pouvons lancer le processus pour faire voter les Etats membres sur les OGM en question,” explique un porte-parole à Bruxelles. La réforme du système d’autorisation est néanmoins à l‘étude. Mais là encore, il y a polémique. Les écologistes de Greenpeace accusent le groupe de travail constitué pour plancher sur cette réforme d‘être partisan : “Le groupe nommé par Barroso, ce dénommé groupe des sherpas, n’a pas d’agenda clair. Il n’a pas de but précis, il n’a pas de portée claire. Le seul objectif de ce groupe, un objectif non-dit, est de tirer le débat vers une position pro-OGM”, lance un représentant de l’organisation. Les conclusions de ce groupe seront soumises aux ministres de l’Environnement la semaine prochaine. Et ce sont eux qui décideront de la future réforme, si toutefois ils parviennent à se mettre d’accord.