DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un terrorisme qui cette fois s'enracine dans la société indienne

Vous lisez:

Un terrorisme qui cette fois s'enracine dans la société indienne

Taille du texte Aa Aa

Il y a moins d’un mois, le 30 octobre, dans le nord est du pays, 76 morts. Mais aussi le 20 octobre, le 30 septembre, le 13 septembre, le 26 juillet et puis le 13 mai. Déjà 7 attentats et plus de 350 victimes pour 2008.

Cela fait plusieurs années que l’Inde est en proie au terrorisme. Ce qui est nouveau, c’est qu’il n‘émane plus seulement de tentatives de déstabilisation du Pakistan ou du Bangladesh, mais qu’il s’enracine dans la société indienne. La plupart des derniers attentats ont été revendiqués par des islamistes indiens.

Les moudjahidines indiens, une nouvelle mouvance composée de différents groupuscules, dont les influences extérieures ne sont pas exclues, mais composé en majorité de musulmans indiens…Pêle mêle ils revendiquent de meilleures conditions de vie pour les 14% de musulmans du pays, ou fustigent le rapprochement entre l’Inde et les Etats-Unis.

Comme l’explique cette spécialiste, beaucoup d’inconnu demeure quant au groupe qui a revendiqué les attentats d’hier, excepté sa détermination: “Je crois qu’il faut encore enquêter pour savoir qui sont ces moudjahidines du Deccan estime-t-elle. S’ils utilisent seulement ce nom comme un moyen d’attirer l’attention ou d’avoir un lien avec des groupes islamistes, ou s’ils pourraient avoir un rapport avec l’Afghanistan, les frontières du Pakistan, ou le Cachemire. Ce que nous voyons surtout, c’est qu’en attaquant Bombay, qui est la capitale économique et financière de l’Inde, ils déclarent qu’ils veulent affaiblir l’Inde, pour promouvoir leur cause. Ils envoient un message clair au gouvernement indien pour dire que certaines choses ne vont pas, et que le gouvernement doit en prendre compte.”

Jusqu‘à présent on connaissait essentiellement deux groupes islamistes le Lashkar-e-taiba et le Harkat-ul-jihad-al-islami, tous deux basés au Pakistan et au Bangladesh et dont la plupart des chefs ont été arrêtés ces dernières années. L‘émergence d’un Jihad indien pourrait être davantage liée au mouvement islamique des étudiants d’Inde, interdit en 2001 par le gouvernement et qui prône l’islamisation du pays.