DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Commission part en guerre contre les petites bêtes invasives

Vous lisez:

La Commission part en guerre contre les petites bêtes invasives

Taille du texte Aa Aa

La tortue de Floride, le ragondin ou la coccinelle asiatique… Derrière ces charmantes petites bêtes se cachent des envahisseurs, devenus de redoutables prédateurs pour la faune et la flore européenne. Endossant le rôle du super-héros, Bruxelles veut prendre le taureau par les cornes et propose tout un plan d’attaque : un système d’alerte pour signaler les nouvelles espèces invasives, des actions coordonnées, elle suggère même le plus sérieusement du monde des contrôles aux frontières. Il faut dire que les dégâts causés par les malotrus se chiffrent à 12 milliards d’euros par an. “La plupart de ces espèces sont intentionnellement introduites dans l’Union européenne pour l’agriculture, la sylviculture ou même en tant qu’ornement, soit par des individus soit par des sociétés”, explique une porte-parole à Bruxelles.

Le rat musqué sape les digues et les canaux tandis que la moule zébrée encrasse les systèmes de captage des eaux… Au total, 10.822 espèces non originaires d’Europe sont recensées et plus d’un millier sont nuisibles. La Commission se donne jusqu’en 2010 pour recueillir les suggestions des uns et des autres et peaufiner son plan d’attaque.