DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Grèce secouée par la violence après la mort d'un adolescent

Vous lisez:

La Grèce secouée par la violence après la mort d'un adolescent

Taille du texte Aa Aa

C’est un paysage chaotique qui attendait les Grecs au réveil, après une nuit de violence dans plusieurs grandes villes du pays. Et ce n’est pas fini, les affrontements entre policiers et manifestants se poursuivaient ce matin à Athènes. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est la mort hier soir d’un jeune de 15 ans. Andréas Grigoropoulos faisait partie d’un groupe d’une trentaine de jeunes qui ont lancé des pierres sur une voiture de police. L’un des policiers a tué le jeune Andréas de trois balles dans la poitrine.

Mis en cause, le ministre de l’Intérieur a présenté sa démission dans la nuit, qui a été refusée : “Les manifestations peuvent et doivent avoir lieu, a-t-il déclaré, les citoyens ont le droit de défendre leurs idées, leurs principes, mais pas en détruisant la propriété d’autrui, pas en agissant contre des gens dont ce n’est pas la faute.”

Dans les villes de Athènes, Salonique, Patras ou encore Héraklion, les forces de l’ordre ont fait face à des centaines de personnes, venues protester contre la mort de l’adolescent. Des manifestants qui accusent le gouvernement de droite, et la police, d‘être responsables de ce drame.