DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Grèce toujours en proie aux violences urbaines


monde

La Grèce toujours en proie aux violences urbaines

Pour la troisième nuit consécutive, des bandes de jeunes ont affronté les forces de l’ordre. Tout avait commencé ce lundi par une manifestation contre la mort d’un adolescent tué samedi par la police. Mais dans un contexte de grogne sociale et de protestation contre les privatisations, la réforme des retraites ou encore la baisse du pouvoir d’achat, ce décès semble avoir mis le feu aux poudres.

Bilan des affrontements : plus de 130 boutiques détruites ou endommagées à Athènes, une cinquantaine de blessés et 35 personnes interpelées. Cette vague de violence ne touche pas uniquement la capitale mais une dizaine d’autres villes, dont Salonique et les îles de Crète ou de Corfou.

Le Premier ministre, Costas Caramanlis, a convoqué une réunion ministérielle de crise. Il avait auparavant exprimé sa compassion pour la famille de la victime avant de mettre en garde les extrémistes qui utilisent, selon lui, cet incident pour déclencher des affrontements.

Mais la colère des manifestants est telle qu’elle touche également les expatriés. Devant l’ambassade grecque de Londres ou le consulat de Berlin, d’autres échauffourées ont éclaté.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Costas Caramanlis sur la sellette