DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'avocat des policiers grecs remet en question l'accusaion d''homicide volontaire'

Vous lisez:

L'avocat des policiers grecs remet en question l'accusaion d''homicide volontaire'

Taille du texte Aa Aa

Les deux policiers grecs impliqués dans la mort de l’adolescent, ont été présentés à la justice cet après-midi, à Athènes. Mais au moment où leur avocat allait s’exprimer sur le parvis du tribunal, deux cocktails molotov ont été lancés par un groupe de personnes non identifiées. Aucun blessé, mais cet incident illustre la tension qui règne autour de cette affaire.

Le premier policier est accusé d’avoir tiré samedi, sur le jeune Alexis Grigoropoulos, qui est mort sur le coup. L’autre policier est poursuivi pour complicité. Mais les analyses balistiques semblent indiquer que la balle a ricoché sur une surface dure, avant d’atteindre la victime. Autrement dit, il ne s’agirait plus d’un “homicide volontaire”. C’est en tout cas la thèse d’Alexis Kougias, l’avocat du policier. “Il ne fait aucun doute que le projectile a fait un ricochet, affirme-t-il. Alors, est-ce que le policier devait tirer, avec les conséquences malheureuses que cela a eu ? Et quel chef d’inculpation convient-il de retenir contre lui ? C’est maintenant à la justice de le dire.” Alexis Grigoropoulos faisait partie d’un groupe de trente personnes qui avaient jeté des projectiles contre un véhicule de la police, samedi soir. Les forces de l’ordre effectuait alors une patrouille. La mort de l’adolescent a déclenché une vague de violences dans plusieurs villes du pays. Le jeune homme a été enterré hier dans la banlieue de la capitale.