DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le président suisse à Bruxelles pour tenter d'aplanir les contentieux avec l'UE

Vous lisez:

Le président suisse à Bruxelles pour tenter d'aplanir les contentieux avec l'UE

Taille du texte Aa Aa

Le chef de l’Etat suisse s’est rendu ce lundi à Bruxelles pour y rencontrer le président de la commission José Manuel Barroso. Entre Berne et Bruxelles, il y a deux contentieux : la réforme de la fiscalité des entreprises, et l’extension des accords de libre-circulation des travailleurs. Sur ce point, la Suisse a récemment rejoint l’espace Schengen. Pour autant, les électeurs vont devoir dire si oui ou non, ils accèptent que la libre-circulation des travailleurs s’appliquent aux nouveaux membres de l’Union, à savoir la Roumanie et la Bulgarie. Le vote aura lieu en février. Le parti de droite populiste et anti-européen milite pour le Non. Or, Bruxelles a prévenu que si le Non l’emportait, l’Union européenne mettrait un terme à la présence de la Suisse dans l’espace Schengen. La marge de manoeuvre du président Pascal Couchepin est donc limitée. “Nous allons devoir convaincre nos concitoyens en vue du vote, leur dire qu’il n’y a rien de nouveau, mais qu’il s’agit juste de maintenir les bonnes relations que nous avons avec l’Union européenne, a-t-il expliqué à l’issue de sa rencontre avec José Manuel Barroso. Il nous faudra insister sur le fait que la Roumanie et la Bulgarie sont une chance pour la Suisse et non un danger.”

L’autre désaccord porte sur la fiscalité des entreprises. La commission européenne estime que les avantages fiscaux proposées par la Suisse aux entreprises étrangères sont déloyaux. Berne a déjà fait une première réforme. Insuffisant, estime Bruxelles. Les discussions sur ce sujet bloquent depuis près de six ans.