DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Noël sous le signe de la crise.

Vous lisez:

Noël sous le signe de la crise.

Taille du texte Aa Aa

A quelques jours des fêtes, les mauvaises nouvelles s’accumulent comme ici au Royaume-Uni touché de plein fouet par la tourmente financière. Pas un jour sans licenciements ou réduction de coûts, et pourtant il y a du monde dans les rues de Londres comme ici à Oxford Street, et cela étonne même Karen : “C’est incroyable le nombre de gens qui font des courses, nous sommes en récession , et regardez le monde qu’il y a, on ne dirait pas…”

Pour Jill, noël c’est une sorte de bouffée d’oxygène : “Avec un avenir qui nous attend, il y a encore plus de raisons de faire la fête cette année. Moi je fais le maximum, car j’ai bien peur qu’après…” La période des fêtes de fin d’année traditionnellement propice aux achats est-elle vraiment une parenthèse dans la crise ? A Bruxelles, les clients et les commerçants sont d’un avis partagé : “Notre génération, on fait des diners à la maison et pour les cadeaux c’est vrai on dépense un peu moins mais pour ma petite fille je ne regarde pas” dit cette bruxelloise. “ La dépense de nos clients reste identique, mais il y a beaucoup de moins de monde, rajoute ce marchand de jouets. Normalement, le magasin devrait être noir de monde.” Sur la plaza Mayor à Madrid, le traditionnel marché de noël subit lui aussi les effets de la crise. La chute de l’immobilier espagnol a fait des ravages et se ressent aussi dans les achats de fin d’année comme l’affirme Raquel, une mère de famille de 40 ans : “ Il nous semble qu’il y a moins de stands cette année, moins de magasins, moins d’ambiance de Noel en général. On le voit bien, et notre porte- feuilles le voit aussi, avec les emprunts…” Pablo se veut néanmoins optimiste. Noël reste Noël malgré tout : “ On ressent la crise, effectivement, mais on ne peut pas ignorer noël, il faut prendre du bon temps quand même…” Ce n’est pas le père Noel qui dira le contraire, même si, tout le monde le sait déjà, la hotte sera plus lourde à porter que d’habitude.