DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La banque du Japon, entre à nouveau dans une politique monétaire de taux zéro.

Vous lisez:

La banque du Japon, entre à nouveau dans une politique monétaire de taux zéro.

Taille du texte Aa Aa

“La conjoncture économique s’est détériorée et la situation devrait aller en s’aggravant dans le futur immédiat” : c’est un passage du commentaire qui accompagnait tôt ce matin la baisse du principal taux d’intérêt de la Banque du Japon qui est passé de 0,30 à 0,10%, très proche de zéro donc. Au Japon on se croirait revenu quelques années en arrière. “Nous pensons que l‘économie japonaise peut supporter une perspective de long terme, a commenté le gouverneur de la Banque du Jappon. Mais cette perspective tient à l‘évolution de l‘économie mondiale et on doit faire suffisamment attention à ce type d’incertitude”.

La baisse des taux de la Banque du Japon suit celle annoncée mardi par la Réserve fédérale américaine qui a fortement réduit son principal taux d’intérêt en lui assignant une fourchette de fluctuation entre 0 et 0,25% : une mesure sans précédent pour la première économie mondiale. On voit égaslement qu’ailleurs : au Brésil, en Russie et en Afrique du sud par exemple, le loyer de l’argent est beaucoup plus cher. Mais à quoi cela sert-il de baisser ainsi les taux d’intérêt si les banques, tout en ayant accès à de l’argent, quasiment gratuitement, ne le prêtent pas ou bien en exigent des taux élevés pour compenser leurs risques ? C’est pour cette raison que les banques centrales comme la Réserve fédérale, qui ont grillé leurs munitions que sont les taux d’intérêt pour soutenir l‘économie, s’engagent dans d’autres solutions d’assouplissement monétaire, en rachetant des titres adossés à de la dette hypothécaire par exemple pour soulager les institutions financières. La Banque centrale européenne n’est pas en reste : elle a baissé jeudi son taux de rémunération des dépôts, ainsi les banques européennes qui préfèrent toujours déposer leurs liquidités dans les coffres de la banque centrale européenne sont un peu plus contraintes de les prêter aujourd’hui.