DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'incertitude politique perdure en Belgique

Vous lisez:

L'incertitude politique perdure en Belgique

Taille du texte Aa Aa

Le suspense continue en Belgique, où le roi Albert II semble vouloir prendre tout son temps pour accepter ou non la démission du gouvernement d’Yves Leterme. Le Premier ministre a choisi de jeter l‘éponge à la suite des accusations portées contre lui et son équipe d’avoir exercé des pressions sur la justice pour faire valider son plan de sauvetage de la banque Fortis.

Le scénario le plus probable serait la reconduction de la même coalition, mais pour une durée déterminée et avec un autre chef de file. C’est par l’exemple l’avis du député et président des libéraux flamands Bart Somers. “Avec les élections fédérale, européennes et flamande à venir en juin, ce serait une bonne solution”, estime-t-il. Et les libéraux aimeraient évidemment diriger le nouveau gouvernement. Ce que confirme Herman de Croo, lui aussi député libéral mais francophone : “Nous ne sommes pas le parti le plus fort de la coalition, il faut savoir être modeste, mais nous avons la capacité, le dynamisme, et cet extraordinaire diable qui peut sortir de sa boîte – M. Verhofstadt.” Parmi les autres prétendants au poste de chef du gouvernement, on compte le chrétien-démocrate Herman van Rompuy – qui préside actuellement la Chambre des députés. Ainsi qu’une grande figure de la vie politique belge, lui ancien un chrétien-démocrate flamand, l’ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene.