DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Noël belge sous le signe de la crise politique

Vous lisez:

Noël belge sous le signe de la crise politique

Taille du texte Aa Aa

Le roi Albert II de Belgique, qui doit prononcer ce mercredi son traditionnel discours de Noël, n’a visiblement pas trouvé la solution miracle pour sortir son pays de la crise politique profonde dans laquelle il est plongé depuis vendredi, avec la démission du gouvernement Leterme. En se contentant lundi de désigner un “explorateur”, il a certes privilégié la recherche du consensus. Mais il a aussi ouvert la voie à de longues palabres pour trouver une nouvelle coalition. Ou reconduire l’ancienne.

D’ailleurs, l’explorateur Wilfried Martens poursuit ses discussions avec des responsables politiques. Et les observateurs ne sont guère optimistes. D’autant qu’interrogé sur le fruit de ses consultations, Wilfried Martens se montre vraiment peu loquace. “Ma tâche est difficile mais la situation n’est pas désespérée”, s’est-il borné à déclarer. Ce suspense insoutenable a plutôt pour effet de lasser et d’agacer l’homme et la femme de la rue. “Cela commence à être une vaste rigolade. Et je ne pense pas qu’en changeant de Premier ministre, ça va changer quelque chose”, estime ainsi ce Bruxellois. Tandis que cette femme déclare “ne plus s’y retrouver avec toutes ces histoires. On est dans l’attente de ce qui va se passer. On a juste envie que les gens prennent des décisions.” Mais les décisions risquent de tarder encore. Car chaque nom cité pour devenir le nouveau Premier ministre fait immédiatement l’objet de critiques de la part des autres candidats.