DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Béthlèem renoue avec la ferveur...touristique

Vous lisez:

Béthlèem renoue avec la ferveur...touristique

Taille du texte Aa Aa

La joie de célébrer Noël est de retour en Terre sainte. 2008 dépasse toutes les espérances: jamais en 8 ans le tourisme n’avait été aussi rentable. Et l’année 2009 s’annonce encore meilleure avec la venue du pape Benoit XVI au printemps prochain.

Les touristes qui avaient déserté les lieux saints après le début de la deuxième intifada en septembre 2000, sont donc de retour par milliers dans la cité où la tradition chrétienne situe la naissance de Jésus. La ville de Cisjordanie connait cette année un boom touristique, le nombre de visiteurs a déjà dépassé le million et les hôtels affichent complets.Les commerçants sont aux anges: “Le tourisme a incroyablement augmenté cette année souligne cet hôtelier; depuis 6 mois, le changement est considérable.” Le retour des touristes est bien sûr une bonne nouvelle pour la population de Bethléem dont l‘économie a beaucoup souffert. Restaurants, boutiques de souvenirs, guides, tous profitent de l’embellie. Le tourisme est redevenu le premier secteur économique de la région. Résultat: la création de 12.000 emplois, ce qui réjouit le maire de Béthléem: “Pour la nuit de Noël, nous attendons 35 à 40.000 touristes. Nous avons une moyenne de 100 à 120.000 visiteurs par mois depuis le début de l’année. Nous sommes donc vraiment très heureux.” Cette situation ne doit rien au hasard. Israeliens et Palestiniens récoltent aujourd’hui les fruits d’une politique commune en matière de tourisme. Les contrecoups de la deuxième intifada ont été catastrophiques entre 2001 et 2005. Alors les ministères du Tourisme israélien et palestinien ont décidé de lancer ensemble une vaste campagne médiatique à destination de l’Europe et de l’Amerique Latine. Un seul mot d’ordre: garantir la sécurité des voyageurs. Huit ans aprés, seul le mur érigé par Israël pour des raisons sécuritaires vient noircir aujourd’hui cette politique de collaboration israélo-palestinienne. Dommage car si la communication entre les peuples a servi à la relance du tourisme, elle pourrait aussi aider à relancer la paix.