DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Proche-Orient : accueil tiède pour l'idée de cessez-le-feu

Vous lisez:

Proche-Orient : accueil tiède pour l'idée de cessez-le-feu

Taille du texte Aa Aa

Au proche-Orient, l’idée d’un cessez-le-feu est loin d’emporter l’adhésion générale. Côté israélien, d’abord, par la voix du ministre de la Défense, les autorités se disent certes favorable à une trève humanitaire de quarante-huit heures. Mais en même temps, l’armée continue ses bombardements aériens et poursuit les préparatifs d’une offensive terrestre.

Pour sa part, le Hamas effectue toujours des tirs de roquettes, de plus en plus loin en territoire israélien. Et le mouvement radical palestinien n’a pas l’intention de s’arrêter là. “Les discussions pour un cessez-le-feu, au regard de ce qui se passe actuellement, cela s’apparente à des négociations entre la victime et son bourreau, commente ainsi Faouzi Barhoum, porte-parole du Hamas. Ce qui est le plus urgent, c’est une initiative des pays arabes pour stopper l’agression en cours, ouvrir les points de passage et reconstruire Gaza.” Gaza est un territoire chaque jour un peu plus à l’agonie. Selon plusieurs sources, depuis le début de l’offensive israélienne, plus de 370 personnes ont trouvé la mort, dont une soixantaine de civils, notamment deux fillettes enterrées hier à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza. Les services de secours palestiniens se heurtent à un cruel manque de moyens pour soigner les blessés. Et la population subit plus que jamais les effets du blocus du territoire. L’approvisionnement des magasins se fait au compte-goutte. Ces dernières heures, seuls quelques camions ont été autorisés à passer de l’Egypte vers Gaza pour livrer de l’aide humanitaire.