DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cuba célèbre 50 ans de révolution

Vous lisez:

Cuba célèbre 50 ans de révolution

Taille du texte Aa Aa

Le 1er janvier 1959 Fidel Castro proclame le “début de la Révolution” au balcon de l’hôtel de ville de Santiago de Cuba.

Une révolution nationaliste, au départ, mais qui a vite pris une orientation pro-soviétique et marxiste à un moment de fréquents affrontements entre Washington et Moscou. 50 ans plus tard, Fidel Castro n’est officiellement plus à la tête de l’Etat, mais les cubains subissent toujours les conséquences du lourd héritage laissé par le “Lider Maximo”, à commencer par l’embargo américain. Eloy Gutierrez Menoyo a fait la révolution aux côtés de Castro. Aujourd’hui c’est un dissident, pour lui l’embargo du tout puissant voisin américain n’est pas le principal problème de l‘île. “Le problème de ce pays, affirme Eloy Gutierrez Menoyo, ce n’est pas seulement l’embargo américain, ce sont les multiples embargos qui existent dans ce pays : l’embargo sur la culture, sur la liberté professionnelle, la liberté de rencontre, l’embargo sur tout, sur la créativité des Cubains.” Aux accusations de répression, le régime et tous ceux qui le défendent répondent en mettant en avant, chiffres en main, les bons points de l’ile, qui affiche un taux d’alphabétisation de 99,8%. Ancien combattant révolutionnaire, Julio Antonio Herrera Perez ne cache pas sa fierté quand il s’agit de tout ce que la révolution a apporté au peuple cubain. “Si aujourd’hui nous, on peut dire qu’on a une population éduquée, explique Julio Antonio Herrera Perez, si on peut dire qu’il n’y a pas de mendiants à Cuba, pas de pauvreté, que tout le monde sait lire et écrire, que tout le monde a accès aux soins, à l‘éducation, tout ça, l’impérialisme nord américain ne peut pas l’affirmer …” Mais c’est ce même impérialisme nord-américain qui nourrit le rêve des milliers de cubains qui ont quitté l‘île dans des bateaux de fortune. Beaucoup ont perdu la vie en essayant de trouver une vie meilleure… une vie que ceux qui ont fait la révolution n’ont jamais connu. “Ceux qui ont fait la révolution sont vieux maintenant, ils ne comprennent pas que ce dont a besoin le pays, c’est d’une nouvelle révolution, affirme Eloy Guttierrez Menoyo; ils doivent laisser la place aux jeunes, à ceux qui ont l’envie et l‘énergie de faire cette nouvelle révolution…” Malgré leur immense joie de vivre les cubains ont vécu une année 2008 très difficile. L‘île n‘échappe pas à la crise internationale et Raul Castro a déjà annoncé une politique d’austérité pour 2009. Reste l’espoir d’une plus grande ouverture de la part des Etats Unis comme l’a promis le président américain élu Barack Obama.