DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le casse-tête de Gaza

Vous lisez:

Le casse-tête de Gaza

Taille du texte Aa Aa

Plus de trois ans après le départ des derniers soldats de Gaza, l’armée israélienne est donc de retour. En se retirant unilatéralement en septembre 2005, l’Etat hébreu pensait tirer un trait… Aujourd’hui il est engagé dans la plus violente offensive jamais lancée contre le territoire, objectif : Faire cesser les tirs de roquette et surtout asséner un coup décisif au Hamas.

Car depuis le retrait israélien le mouvement islamique n’a cessé de se renforcer. Sur le plan politique d’abord : en janvier 2006, c’est le choc, le Hamas remporte une victoire sans appel aux élections législatives. On connait la suite, une guerre fratricide entre militants du Hamas et partisans du Fatah fidèles au président Mahmoud Abbas. En juin 2007, le Hamas prend le contrôle total de la bande de Gaza après plusieurs mois de combats intermittents mais très violents. Dès lors, Israël se radicalise un peu plus, la bande de Gaza est déclarée “entité hostile”, et se trouve de plus en plus isolée. Israel mène plusieurs opérations militaires contre le petit territoire, dans le but de faire cesser les tirs de roquettes. Sans succès. Elles n’empêchent pas le Hamas de se renforcer militairement, il bénéficie pour cela de soutiens en provenance du seul débouché possible, au sud, l’Egypte. Les tirs de roquette continuent. Le Hamas augmente son arsenal, creuse des caches et des tunnels, dissimule des mines et prépare ses combattants. L’Egypte voisine est mal à l’aise, les Egyptiens ont laissé se creuser sous les 14 km de frontières, des centaines de tunnels. Pour le Caire, la bande de Gaza est un casse-tête. En Janvier 2008 le territoire est soumis à un blocus israélien total. Des dizaines de milliers de Gazaouis tentent de fuir vers l’Egypte. Le Caire est accusé de ne pas avoir brisé ce blocus en refusant d’ouvrir en permanence sa frontière. Ni le blocus de Gaza, ni les multiples opérations israéliennes n’auront eu raison du Hamas. Cette fois, Israel a pris un pari risqué. Chaque jour pèse. Le Hamas est prêt à résister jusqu’au bout, et le compte-à-rebours diplomatique est en route.