DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"La population est prise au piège d'une crise humanitaire totale"

Vous lisez:

"La population est prise au piège d'une crise humanitaire totale"

Taille du texte Aa Aa

Ce cri d’alarme, c’est celui du CICR. Le Comité International de la Croix Rouge est terriblement inquiet. Inquiet pour les pénuries, pour l’eau potable par exemple, un tiers des habitants risque d’en manquer. Inquiet pour la santé, les services d’urgence sont proches de la rupture, et les humanitaires, pris sous les bombardements, n’arrivent pas à sauver des vies : “Si les conditions de sécurité le permettent, explique le directeur des opérations du CICR, Pierre Kraehenbuehl, et ça c’est un paramètre très important, alors évidemment on sera prêt à considérer l’envoi d’autres équipes et de personnels additionnels sur un plan médical, car c’est vraiment là que se situe le coeur de la crise actuellement, c’est la possibilité pour les civils qui sont affectés, pour les blessés, d‘être non seulement évacués vers les hôpitaux, c’est à dire que les ambulances puissent les atteindre, mais aussi de recevoir là les soins nécessaires. Et à l’heure actuelle, les gens meurent par manque de soins et d’accès.”

Trois cliniques mobiles d’une ONG danoise ont été bombardées, et un centre d’ambulance du croissant rouge aurait été frappé : “Chaque jour on risque ce genre de choses, explique Eva Yeshewitz, une volontaire britannique, le conducteur de cette ambulance, le personnel médical… Ils ont payé de leur vie pour évacuer les gens quand les F16, les avions de surveillance et les hélicoptères ont tiré sur la population, tuant des civils et terrorisant tout le monde.” Des ONG accusent Israël de violer la Convention de Genève, en bombardant sans distinction des cibles humanitaires.