DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Proche-Orient : un ballet diplomatique européen infructueux

Vous lisez:

Proche-Orient : un ballet diplomatique européen infructueux

Taille du texte Aa Aa

Le président français, qui rencontrera aujourd’hui à Damas son homologue syrien, n’a pas convaincu Israël de faire une trêve humanitaire de quelques jours. L‘état hébreu veut non seulement que le Hamas arrête ses tirs anti-israéliens mais aussi qu’il ne soit plus en mesure de lancer ses roquettes et obus de mortiers.

Nicolas Sarkozy, qui éclipse la présidence tchèque de l’Union européenne dans ce dossier, a affirmé travailler avec l’Egypte sur une initiative commune pour régler le conflit. De leur côté, les pays arabes continuent de se mobiliser. Une délégation s’est entretenue avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon. Elle veut que le Conseil de sécurité de l’Onu prenne ses responsabilités. “Nous devons insister pour qu’Israël mette fin à son offensive militaire qui est clairement excessive, a déclaré Ban Ki Moon. Nous devons insister pour que le Hamas mette fin immédiatement à ses tirs de roquettes qui sont si contre-productifs en plus d‘être inacceptables.” Un projet de résolution est en préparation d’après la délégation arabe. Mais les Etats-Unis, grand allié d’Israël et détenteur du droit de veto, soutiennent l’offensive meurtrière de l‘état hébreu. “Au lieu de s’occuper du peuple de Gaza, le Hamas a décidé d’utiliser Gaza pour lancer des roquettes pour tuer des Israéliens innocents, a déclaré George W.Bush. Et Israël a bien sûr décidé de se protéger et de protéger son peuple.” Mais cette bénédiction américaine ne sera pas donnée ad vitam aeternam. Un nouveau président des Etats-Unis, très discret pour l’instant sur ce conflit, prendra bientôt le pouvoir et sera obligé de statuer.